FNE 25-90 organise une enquête participative pour connaitre l'état de protection des aires d'alimentation des points de captage dans le Doubs et le Territoire de Belfort (nous pourrons relayer les informations concernant les autres départements).

Vous pouvez participer en répondant à notre questionnaire (prévoir 10min).

N'ayez crainte, ce formulaire n'est pas technique, il est réalisé pour que tout citoyen puisse s'exprimer sur ce thème de l'eau potable, des pollutions et pesticides, de la santé et de l'environnement.

Captage d'eau potable

Le groupe de travail

FNE 25-90 a créé il y a 6 mois un groupe de travail agriculture - santé - environnement suite à la réception de nombreux signalements de pratiques agricoles peu respectueuses subies par des riverains, et aussi de l'application d'herbicides à proximité de captages d'eau potable. Nous avons réuni dans ce groupe de travail plusieurs membres de la profession médicale, et cherchons des agriculteurs.

Nous voulons éviter la stigmatisation et étudier des possibilités de co-construction de projets avec les agriculteurs.

Pourquoi cette enquête ?

Nous avons décidé de nous recentrer dans un premier temps sur l'eau potable car cela concerne directement tous les acteurs : consommateurs (y compris ceux qui consomment de l'eau en bouteille), agriculteurs, responsables politiques et techniques.

Il faut savoir que :

  • les captages ne bénéficient pas tous des mêmes statuts de protection,
  • les stations de traitement n'éliminent pas tous les micro-polluants,
  • l'élimination des micro et macro polluants coûte cher,
  • les rivières en Franche-Comté sont en très mauvais état (notamment eutrophisation très conséquente),
  • les doses maximales autorisées de produits dangereux dans l'eau sont obsolètes,
  • elles ne tiennent pas compte de la somme des mélanges,
  • les perturbateurs endocriniens ont un impact non proportionnel à leur concentration dans l'eau,
  • les recherches en toxicologie sur les effets coktail et les perturbateurs endocriniens sont récentes, il y a encore beaucoup à découvrir... Les éventuelles synergies et interactions métaboliques sont très complexes.

Avant même d'investir dans des installations très coûteuses de dépollution, nous souhaitons réduire les pollutions en amont.

Il est primordial que les citoyens se réapproprient la question de la qualité de l'eau. Ainsi nous espérons que cette étude permettra à chacun de se poser les questions : "D'où vient l'eau que je bois ? Quelle est la qualité de mon eau ? Quels sont les enjeux sur ma commune ? En quoi puis-je participer, en tant que citoyen responsable, à la protection de la ressource ? Comment puis-je impacter les politiques de gestion de mon territoire ?"

Quelles actions envisagées ensuite ?

Une des solutions envisagées est de promouvoir des partenariats collectivités/paysans/associations dans les aires d'alimentation des captages sensibles.

Il a déjà eu quelques initiatives de ce type en France et Allemagne, qui ont donné de bons résultats. Les paysans adaptent leurs pratiques en échange de garanties par exemple d'achats pour la restauration collective. Les associations environnementales, avec l'appui de citoyens dans les villages, vérifient le bon respect du contrat, apportent un conseil technique et font entendre les attentes de la population. En effet, nous avons constaté via les expérimentations qui ont été menées, qu'un suivi dans le temps est primordial pour assurer la pérennité des mesures.

Nous publierons une synthèse de cette enquête participative ainsi que des informations, par exemple quelles sont les substances les plus préoccupantes.

Article précédent Article suivant