Cette étude (voir la synthèse grand public), intitulée "Étude de l’état de santé des rivières karstiques en relation avec les pressions anthropiques sur leurs bassins versants", publiée en février 2020 par le laboratoire Chrono-Environnement de l’Université de Franche-Comté est édifiante.

Ce travail, co-financé par la région Bourgogne-Franche-Comté, le département du Doubs et l’agence de l’eau, avait pour objectifs définir de l’état de la rivière, d’identifier les contaminants présents et de hiérarchiser leurs impacts.

La biodiversité s’effondre, chiffres à l’appui :

  • Moins de poissons : de l’ordre de 50 à 80 %.
  • Moins d’espèces d’éphémères, de plécoptères, et de trichoptères : de l’ordre de 25 à 50 %
  • Baisse de la quantité d’éphémères, de plécoptères, et de trichoptères et d’autres organismes aquatiques consommateurs de végétaux souffre : de l’ordre de 50 à 80 %
  • D’importants développements algaux colmatant les fonds
  • Densification des herbiers

Sept causes sont mises en évidence, hiérarchisées selon leur impact. Les deux principales sont liées à l’intensification des pratiques agricoles.

Suite à la publication de cette synthèse, le collectif SOS Loue et Rivières Comtoises a transmis une lettre ouverte à tous les affineurs ainsi qu’aux fromagers-affineurs de la zone AOP/AOC Comté.

L'ensemble des acteurs doit se mobiliser sur notre territoire, pour un changement de modèle à la hauteur des enjeux.

Cours d'eau en bonne santé vs cours d'eau pollué Source : Étude de l’état de santé des rivières karstiques en relation avec les pressions anthropiques sur leurs bassins versants

Article précédent Article suivant